Au cours des 40 dernières années, il y a eu un doublement du nombre de personnes touchées par l’hypertension dans le monde, principalement à cause de la croissance démographique et du vieillissement de la population. Le nombre d’hypertendus est ainsi passé de 594 millions en 1975 à plus de 1,1 milliard en 2015 !

Le nombre de personnes souffrant d'hypertension a doublé dans monde au cours des 40 dernières années.

Sommaire

  1. Petits rappels sur l’hypertension

Les résultats de ce panorama global de l’hypertension proviennent d’une nouvelle analyse des tendances mondiales, régionales et nationales chez les adultes entre 1975 et 2015. Ces données montrent que l’hypertension n’est plus l’apanage des pays riches, mais touche de manière dramatique les pays en développement.Petits rappels sur l’hypertensionLa tension artérielle se compose de la pression systolique et diastolique, mesurées en millimètres de mercure (mmHg). Schématiquement, l’arrivée du flux sanguin exerce une pression sur les parois de l’artère, comme le ferait l’eau arrivant dans un tuyau d’arrosage. Cette pression liée à la contraction du cœur, ou systole, correspond au chiffre le plus élevé mesuré lorsque l’on prend la tension. C’est la 

pression artérielle systolique.

Après la systole se produit une phase de relaxation, ou diastole, au cours de laquelle le cœur se relâche et se remplit. La pression exercée par le sang sur les parois artérielles est alors plus basse. Elle correspond au chiffre le plus faible, ou 

pression artérielle diastolique.On estime qu’une personne dont la pression est égale ou supérieure à 140/90 souffre d’hypertension artérielle. Des recherches récentes suggèrent que le risque de décès par une maladie cardiaque ischémique et un AVC double à chaque augmentation de 20 mmHg en pression systolique ou 10 mmHg en pression diastolique.L’analyse la plus complète des tendances mondiales de la pression artérielle a été publiée dans The Lancet. Ce doublement des cas d’hypertension dans le monde est marqué par une plus forte augmentation dans les pays en développement, en particulier en Asie du Sud (Bangladesh, Népal…) et en Afrique subsaharienne (Éthiopie, Malawi…). Dans le même temps, les pays à revenu élevé (Australie, Canada, Allemagne, Suède et Japon) ont réussi à réduire de manière impressionnante la prévalence des adultes atteints d’hypertension artérielle. L’hypertension artérielle reste un grave problème de santé en Europe centrale et orientale (par exemple, en Slovénie, en Lituanie).”L’hypertension artérielle est le principal facteur de risque d’accident vasculaire cérébral et de maladie cardiovasculaire, et est à l’origine d’environ 7,5 millions de décès dans le monde chaque année. La plupart dans les pays en développement“, explique le professeur Majid Ezzati de l’Imperial College London, principal auteur de l’étude.Les auteurs précisent ainsi : “Globalement, l’hypertension artérielle n’est plus le seul problème du monde occidental ou des pays riches. C’est le problème des pays et des populations les plus pauvres du monde. Nos résultats montrent que des réductions substantielles de la pression artérielle et de sa prévalence sont possibles, comme on le voit dans les pays à hauts revenus durant les 40 dernières années. Ils révèlent également que l’objectif de l’OMS de réduire la prévalence de l’hypertension artérielle de 25 % d’ici 2025 a peu de chances d’être atteint sans la mise en place de politiques efficaces qui permettent aux pays les plus pauvres d’avoir une alimentation plus saine – en particulier en réduisant la consommation de sel et en offrant des fruits et légumes à des prix abordables – et en améliorant la détection et le traitement de l’hypertension par des médicaments“.Les principales conclusions sont:

  • Le Canada, le Royaume-Uni, l’Australie, les Etats-Unis, le Pérou, la Corée du Sud et Singapour ont la plus faible proportion d’adultes vivant avec une pression artérielle élevée en 2015 au-dessous ou autour de 1 à 8 femmes et 1 homme sur 5.
  • À l’inverse, plus d’un tiers des hommes ont une pression artérielle élevée dans plusieurs pays d’Europe centrale et orientale, y compris la Croatie, la Lettonie, la Lituanie, la Hongrie et la Slovénie; tandis que près d’un tiers des femmes vivant dans la plupart des pays d’Afrique de l’Ouest (par exemple, le Niger, le Tchad et le Mali) ont une pression artérielle élevée.
  • En 2015, plus de la moitié des adultes atteints d’hypertension artérielle (590 millions) a vécu dans l’est, au sud-est et en Asie du Sud – dont 199 millions vivaient en Inde et 226 millions en Chine.
  • En 2015, les niveaux de pression artérielle systolique les plus faibles étaient rapportés en Corée du Sud et au Canada, à environ 118 mmHg pour les hommes et 111 mmHg pour les femmes.
  • Les niveaux moyens de pression artérielle systolique (en tenant compte de l’âge) sont les plus élevés en Europe centrale et orientale (par exemple, en Slovénie, Lituanie, Croatie), en Afrique sub-saharienne (Niger, Malawi, Mozambique), en Asie centrale (Géorgie, Mongolie, Arménie) et en Océanie (Palau, Vanuatu…), atteignant 138 mmHg pour les hommes slovènes et 133 mmHg pour les femmes nigériennes en 2015.
  • Les hommes avaient une pression artérielle élevée que les femmes dans la plupart des régions du monde en 2015.

Click Here: pinko shop cheap